We use essential cookies to make Venngage work. By clicking “Accept All Cookies”, you agree to the storing of cookies on your device to enhance site navigation, analyze site usage, and assist in our marketing efforts.

Manage Cookies

Cookies and similar technologies collect certain information about how you’re using our website. Some of them are essential, and without them you wouldn’t be able to use Venngage. But others are optional, and you get to choose whether we use them or not.

Strictly Necessary Cookies

Always Active

These cookies are always on, as they’re essential for making Venngage work, and making it safe. Without these cookies, services you’ve asked for can’t be provided.

Show cookie providers

  • Venngage
  • Amazon
  • Google Login
  • Intercom

Functionality Cookies

These cookies help us provide enhanced functionality and personalisation, and remember your settings. They may be set by us or by third party providers.

Show cookie providers

  • Venngage
  • Chameleon
  • Intercom
  • Algolia

Performance Cookies

These cookies help us analyze how many people are using Venngage, where they come from and how they're using it. If you opt out of these cookies, we can’t get feedback to make Venngage better for you and all our users.

Show cookie providers

  • Venngage
  • Mixpanel
  • Intercom
  • Google Analytics
  • Hotjar

Targeting Cookies

These cookies are set by our advertising partners to track your activity and show you relevant Venngage ads on other sites as you browse the internet.

Show cookie providers

  • Google Ads
  • Google Tag Manager
  • Facebook
  • Pinterest
  • Produit
  • Solutions
  • Modèles
  • Apprendre
  • Tarifs

La pandémie de coronavirus et la crise des réfugiés [Infographie]

By Alice Corner, Sep 08, 2021

refugee infographic blog header

L’un des groupes de personnes les plus touchés par la pandémie de coronavirus est la population mondiale de réfugiés et de personnes déplacées. 

Il y a environ 25 millions de réfugiés dans le monde, qui sont confrontés à des difficultés particulières en matière d’accès aux soins de santé, d’aide gouvernementale et d’assainissement.

Nous avons analysé les données pour aider à dresser un tableau plus complet de l’impact de COVID-19 sur la crise des réfugiés.

the coronavirus impact on the refugee crisis infographic

Passez à l’étape suivante :

L’ampleur de la crise des réfugiés 

Pandemic_s_Impact_On_The_Refugee_Crisis

On estime qu’il y a environ 70,8 millions de personnes déplacées de force dans le monde. 25 millions de personnes sont des réfugiés. 

37 000 personnes par jour sont contraintes de fuir leur foyer en raison de conflits et de persécutions. Pour situer le contexte, Oprah Winfrey a interviewé environ 37 000 personnes dans son talk-show de 1986 à 2011. 

57% des réfugiés dans le monde proviennent de trois pays seulement : la Syrie, l’Afghanistan et le Sud-Soudan.

Le nombre de personnes déplacées dans le monde a plus que doublé au cours des 20 dernières années, et cette tendance va se poursuivre. 

Qui sont les réfugiés ?

Pandemic_Impact-_Who_Are_Refugees

Les réfugiés sont des personnes qui ont été contraintes de quitter leur pays d’origine et de traverser les frontières nationales en quête de sécurité. Les réfugiés quittent souvent leur foyer pour échapper à la guerre, à la famine ou aux persécutions. 

80 % de tous les réfugiés vivent dans des pays voisins de leur pays d’origine. Deux tiers de tous les réfugiés proviennent de cinq pays : la Syrie, l’Afghanistan, le Sud-Soudan, le Myanmar et la Somalie.

Comme 80 % des réfugiés s’installent dans les pays voisins, un nombre disproportionné d’entre eux vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. 6,7 millions de réfugiés, soit un tiers de l’ensemble des réfugiés, vivent dans les pays les plus pauvres du monde. 

Les enfants de réfugiés ont plus de cinq fois moins de chances d’être scolarisés que leurs pairs ; et sur les 2,7 millions de réfugiés que compte actuellement le Sud-Soudan, 80 % sont des femmes et des enfants.  

Alors que le monde est resté immobile pour empêcher la propagation du COVID-19, les réfugiés n’ont pas eu le même luxe. 

À la fin du mois de mai 2020, 400 personnes ont tenté de fuir la Libye par bateau, et au moins 75 000 personnes se trouvent hors des États-Unis en attente de leur procès d’immigration, qui a été suspendu indéfiniment en raison de la pandémie de coronavirus.

Pandemic_Refugee_Crisis_Timeline

Quels sont les défis auxquels sont confrontés les réfugiés de COVID-19 ? 

Les réfugiés sont confrontés à des défis uniques dans une pandémie que beaucoup d’entre nous n’auront même pas envisagés. Outre le fait qu’ils s’installent par nécessité dans des pays où les infrastructures sanitaires sont médiocres, les réfugiés peuvent être confrontés à des barrières linguistiques pour accéder aux soins de santé qui leur sont proposés. 

Issues_Refugees_Are_Facing_During_A_Pandemic_Infographic

De nombreux réfugiés seront également séparés de leurs familles et de leurs réseaux de soutien. Au Sud-Soudan, on compte 50 000 enfants réfugiés isolés, sans tuteur pour défendre leur sécurité ou leur bien-être. 

Dans de nombreux pays, les réfugiés et les demandeurs d’asile n’ont pas droit aux fonds publics ou ne sont pas légalement en mesure de travailler. Au Royaume-Uni, les réfugiés n’ont droit qu’à 5 £ (6,28 USD) par jour de la part du gouvernement britannique. Si les réfugiés travaillent et qu’ils ont perdu leur emploi à cause du coronavirus, ils risquent de ne pouvoir bénéficier d’aucune aide gouvernementale. 

En dehors des personnes déjà installées, de nombreux réfugiés ont vu leur demande d’immigration mise en attente pour une durée indéterminée. À ce jour, 167 pays ont fermé totalement ou partiellement leurs frontières pour contenir la propagation du virus. Au moins 57 États ne font aucune exception pour les personnes demandant l’asile.

2,6 millions de réfugiés vivent dans des “camps” – des installations de fortune avec un accès incertain à l’eau courante, aux soins de santé, à des installations sanitaires correctes et parfois même à Internet. Les camps de réfugiés sont souvent surpeuplés et font face à l’hostilité de la population locale et des forces de l’ordre. Il est impossible de pratiquer une distanciation sociale appropriée dans des environnements surpeuplés.
Issues_Refugees_Are_Facing_During_A_Pandemic_Infographic

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) donne des conseils clairs pour aider à prévenir la propagation du coronavirus :

  • Se laver régulièrement les mains avec du savon et de l’eau propre
  • Évitez les endroits bondés et pratiquez la distanciation sociale.
  • Restez chez vous et isolez-vous si vous avez des symptômes

Il est difficile de rester à la maison et de s’isoler quand on n’a pas un foyer sûr.

Le coronavirus a été identifié comme étant présent dans les camps de réfugiés au Bangladesh et on soupçonne qu’il se propage au Soudan. Mais il est peu probable que nous connaissions toute l’étendue de l’impact du COVID sur les réfugiés avant un certain temps.

En raison de la réglementation européenne, les réfugiés doivent demander l’asile dans le premier pays où ils atterrissent – une règle communément appelée “premier pays“. Mais les réfugiés doivent souvent franchir plusieurs frontières avant d’atteindre un pays disposé à les accueillir. Cela signifie que les réfugiés voyagent dans l’ombre, qu’ils peuvent ne pas être comptabilisés dans les chiffres officiels du gouvernement et qu’ils peuvent retarder leur demande d’assistance médicale pour ne pas alerter les autorités de leur présence.

Aux États-Unis, nous parlons des sans-papiers, un groupe de personnes qui ne peuvent accéder aux soins de santé ou à l’aide gouvernementale sans risquer l’expulsion. L’accès aux soins de santé ou à l’aide gouvernementale en cas de maladie ou de perte d’emploi peut être un risque.

Et pour les personnes détenues dans des centres de détention (souvent surpeuplés) à travers les États-Unis, le coronavirus est également une préoccupation majeure. Dans un établissement, début mai, 98 détenus ont été trouvés infectés par le COVID-19. 

Pandemic_Refugee_Crisis_Statistical_Infographic

Comment puis-je aider dans la crise des réfugiés ?

Bien que nous ne connaissions pas encore totalement l’impact du coronavirus sur la population mondiale de réfugiés, il n’est jamais trop tôt pour agir. Nous pouvons tous soutenir les réfugiés de différentes manières.

Faire un don

Chaque dollar compte. Faire un don à des organismes de bienfaisance qui fournissent un logement, des services et des biens aux réfugiés est une excellente façon de rendre la pareille. S’il ne s’agit pas d’argent, vous pouvez donner des articles tels que des vêtements et de la nourriture. Quelques organisations suggérées :

Signer une pétition

Si vous n’êtes pas en mesure de faire un don, il existe de nombreuses autres façons d’aider. Signer une pétition pour inciter les pays à accepter davantage de réfugiés permet de sensibiliser l’opinion publique. Cela ne prend pas beaucoup de temps ni d’énergie, mais peut être le catalyseur d’un changement. 

Bénévole

Le volontariat local ou intentionnel vous permet d’être à l’avant-garde du changement. Vous pouvez partager votre temps et votre expertise avec des organisations pour les aider à développer leurs compétences professionnelles, leur accès à la santé ou leurs expériences culturelles. 

Événements de collecte de fonds

Cela peut demander des efforts mais le retour sur investissement sera toujours important. Il peut s’agir d’une collecte de fonds en ligne sur les réseaux sociaux, d’un marathon ou d’un vide-grenier – vous pouvez être créatif avec vos idées. Ne sous-estimez pas le pouvoir de vos efforts, tout montant que vous récoltez sera utile. 

Accueillir des réfugiés chez vous

Si vous êtes propriétaire, vous pouvez proposer à une famille de réfugiés de vivre gratuitement jusqu’à ce qu’elle s’adapte ou offrir une chambre dans votre maison. Open Homes d’airbnb permet aux hôtes bénévoles de proposer leur maison gratuitement. Vous pouvez jeter un œil à la série d’histoires du HCR qui met en avant des personnes qui accueillent des réfugiés en Europe pour vous inspirer. 

light dotted line

La visualisation des données est un outil de communication puissant. Les mots ne donnent pas toujours l’image la plus claire. Les données brutes ne racontent pas toujours l’histoire la plus convaincante.

Apprenez à créer des visualisations de données et des infographies puissantes et convaincantes grâce à nos ressources :