L’impact de la pandémie de coronavirus sur l’environnement [Infographie]

By Bronwyn Kienapple, Sep 20, 2021

coronavirus impact on the environment blog headerAlors que la pandémie de coronavirus se propage dans le monde entier, menaçant des vies et bouleversant l’économie mondiale, elle a également eu un impact profond sur l’environnement.

Les scientifiques ont d’abord remarqué une diminution des émissions de gaz à effet de serre en Chine, où la pandémie a commencé. Cette tendance a suivi la propagation de la pandémie à travers le monde.

Pendant ce temps, des messages viraux sur les réseaux sociaux ont commencé à apparaître à propos d’observations d’animaux sauvages dans des zones urbaines, affirmant que “la nature vient d’appuyer sur le bouton de réinitialisation pour nous”.

On a moins parlé de l’augmentation spectaculaire des déchets et emballages médicaux provenant des achats en ligne.

Dans ce billet, nous examinerons l’impact environnemental total de la crise du COVID-19 à ce jour et les leçons que nous pouvons tirer de cette tragédie pour lutter contre le changement climatique à l’avenir.

Tout d’abord, examinons les données via notre infographie exclusive :

coronavirus impact on environment

Apprenez à réaliser vous-même une infographie grâce à notre guide pas à pas pour les débutants.

Alors, que signifient ces statistiques et ces anecdotes pour l’environnement à court et à long terme ? Quels enseignements pouvons-nous en tirer pour lutter contre le changement climatique et arrêter le réchauffement de la planète à l’avenir ? Jetons un coup d’œil par catégorie.

Table des matières :

1. Impact de la pandémie de coronavirus sur les émissions de carbone

Coronavirus Impact on the Environment Carbon Emissions

Congestion du trafic

En raison de la pandémie de coronavirus, des ordres de confinement ou de maintien à domicile sont en vigueur dans tous les pays du monde, ce qui a entraîné une forte baisse des voyages et de l’activité économique dans le monde entier.

Les embouteillages dans les grandes villes ont ainsi chuté de manière spectaculaire. À New York, les pics d’encombrement ont diminué de 47 % par rapport à la moyenne de 2019 le matin du 23 mars. Los Angeles a connu une baisse de 51 %, selon Fox News et l’indice de trafic TomTom.

Moins de trafic, c’est moins de polluants comme le monoxyde de carbone. Bien entendu, lorsque les employés non essentiels seront autorisés à retourner sur leur lieu de travail, les embouteillages et la pollution augmenteront en conséquence. Y aura-t-il un effet durable sur l’environnement ?

Un indice vient de Wuhan, en Chine, où l’épidémie a commencé fin 2019. Le trafic y est encore en baisse de 50 % à la fin mars, alors même que les restrictions ont été levées et que les employés ont repris leur travail.

Voyages en avion

Les voyages aériens ont également subi un coup dur, grâce à l’ordre de se mettre à l’abri sur place, et les gaz à effet de serre diminueront eux aussi, c’est prévisible.

Les émissions de dioxyde de carbone des avions ont atteint plus de 900 millions de tonnes en 2018 et devraient tripler d’ici 2050, selon l’organisme des Nations unies chargé de l’aviation. Le problème est que même si les compagnies aériennes deviennent plus économes en carburant, l’augmentation de la demande devait l’emporter sur ces gains.

Et pourtant, la demande a soudainement chuté de manière drastique. Au cours des trois premiers mois de 2020, 67 millions de passagers de moins ont pris l’avion en Europe par rapport à l’année précédente, indique le Conseil international des aéroports.

Aux États-Unis, le trafic aérien intérieur a chuté d’environ 40 %, selon NPR. Bien que les annulations aient été plus importantes dans le monde qu’aux États-Unis, les États n’ont pas non plus instauré de restrictions sur les voyages aériens intérieurs.

Toutefois, si cette tendance permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux voyages aériens, elle a également entraîné des licenciements massifs et des congés volontaires sans solde.

Effet sur les émissions de carbone

Coronavirus Impact on Environment

Concentrations de dioxyde d’azote en surface sur le nord de l’Italie, comparaison entre le 31 janvier et le 15 mars 2020. (Crédit : Copernicus Atmosphere Monitoring Service (CAMS) ; ECMWF)

La diminution du trafic et des voyages aériens a-t-elle eu un impact significatif sur les émissions de gaz à effet de serre tels que le dioxyde d’azote et le monoxyde de carbone ?

Il semblerait que oui. Selon Carbon Brief, les émissions de carbone de la Chine ont diminué d’environ 25 % sur une période de quatre semaines après le Nouvel An chinois.

Selon une étude controversée de G-Feed, les améliorations de la qualité de l’air enregistrées en Chine pendant deux mois cette année pourraient avoir sauvé la vie de 4 000 enfants de moins de cinq ans et de 73 000 adultes de plus de 70 ans.

Ailleurs, le nord de l’Italie a signalé une réduction de 10 % du dioxyde d’azote polluant par semaine au cours des quatre à cinq semaines précédant le 17 mars. La région a été durement touchée par le COVID-19 et a été placée en confinement.

L’amélioration de la qualité de l’air a été encore plus évidente à Madrid, en Espagne, en raison de l’ordre de rester chez soi pour l’ensemble du pays. Le niveau moyen de dioxyde d’azote enregistré le 17 mars était inférieur de près de 75 pour cent à celui de la semaine précédente. Et à New York, le monoxyde de carbone, provenant principalement des voitures, avait été réduit de près de 50 % par rapport à mars 2019.

Effets à court terme et à long terme sur le changement climatique

Malheureusement, cette baisse des émissions de carbone ne durera probablement que le temps que durera le virus. Selon le journal espagnol El Pais, l’activité reprendra dès que la pandémie s’estompera, créant un effet de rebond observé dans d’autres crises.

La crise financière de 2008 a entraîné une baisse de 1 % des émissions de dioxyde de carbone, mais une fois l’économie rétablie, les émissions sont reparties à la hausse, à un rythme plus rapide qu’avant la crise.

L’essentiel ? “Nous ne combattrons pas le changement climatique avec un virus”, a déclaré le 13 mars le secrétaire général des Nations unies, Anthonio Guterres.

Après tout, les mesures visant à stopper la propagation du coronavirus n’auront pas d’effet durable sur le changement climatique. Des changements structurels sont nécessaires. Mais il n’en reste pas moins que certaines tendances préexistantes, comme l’essor du travail à distance, ont été accélérées par la pandémie et auront des effets durables sur la réduction des émissions de carbone et le ralentissement du réchauffement climatique.

L’impact de la pandémie de coronavirus sur les déchets

Coronavirus Impact on the Environment Waste

Déchets médicaux

L’énorme demande de produits médicaux jetables tels que les gants à usage unique, les masques chirurgicaux et les poches à perfusion vides, dans le sillage de la pandémie, a créé un déluge de déchets médicaux.

À Wuhan, en Chine, le volume des déchets médicaux serait passé de 40 à 240 tonnes par jour au plus fort de l’épidémie, selon le South China Morning Post. Les installations de traitement des déchets médicaux de 29 villes étaient au maximum de leurs capacités ou presque.

Les masques utilisés par le personnel de santé sont stérilisés, puis mis en décharge ou incinérés. Mais les fabricants chinois produisaient également 116 millions de masques par jour à la fin du mois de février. On ignore encore à quelle vitesse le public a utilisé et jeté ces masques, que le gouvernement suggère de porter en public.

environment coronavirus impact

Déchets médicaux sur le campus ouest de l’hôpital Union de Wuhan. Photo : Newsday24.com

Les États-Unis commencent tout juste à être confrontés à l’explosion des déchets médicaux solides. Et non seulement il s’agit d’un problème environnemental, mais cela met en danger les 467 000 travailleurs employés par l’industrie américaine de la collecte et de l’élimination des déchets.

Le bon côté des choses ? Selon Bloomberg, les États-Unis disposent d’une plus grande capacité de traitement des déchets médicaux dans leurs centres de traitement que la Chine.

Mais ce n’est toujours pas le cas pour les ordures ménagères et les déchets recyclés par des personnes malades ou asymptomatiques. Jusqu’à présent, la fourniture d’EPI et les directives visant à protéger les travailleurs du secteur des déchets ont été éparpillées.

Emballage réutilisable

Les emballages en plastique connaissent un regain de popularité pendant la pandémie de coronavirus. Considérées comme une option plus hygiénique, les dépenses des consommateurs européens en produits alimentaires emballés explosent.

En Italie, les dépenses des consommateurs en mandarines emballées ont augmenté de plus de 111 % au cours de la semaine se terminant le 8 mars, par rapport à la même période en 2019. Et ce, malgré le fait qu’il n’y a aucune preuve que les aliments ou les emballages alimentaires peuvent transmettre le COVID-19.

Aux États-Unis, les sacs réutilisables ont été interdits dans le New Hampshire, l’Illinois et le Massachusetts, indique MarketWatch. Les républicains font pression sur Washington, New York et le New Jersey pour qu’ils interdisent ou retardent leur interdiction respective des sacs en plastique.

L’argument est que les sacs réutilisables sont plus susceptibles d’être porteurs du coronavirus. Si les recherches ont montré que le coronavirus peut vivre pendant 72 heures sur du plastique, le tissu n’a pas été testé.

Ce qui est certain, c’est qu’une étude publiée en 2015 dans la revue Science a révélé que 275 millions de tonnes métriques (MT) de plastique ont été produites dans 192 pays côtiers en 2010, dont 4,8 à 12,7 MT ont été déversées dans l’océan. La pandémie de coronavirus va certainement accélérer cette tendance.

Emballage des achats en ligne

Environ 165 milliards de colis sont expédiés chaque année aux États-Unis, et le carton utilisé équivaut à plus d’un milliard d’arbres, selon LimeLoop. Amazon et les livraisons de kits de repas comme Blue Apron ne sont que deux détaillants en ligne qui contribuent à l’excès de carton et de plastique.

Aujourd’hui, alors que le public a peur de sortir de chez lui ou est soumis à des règles strictes de mise à l’abri, la demande d’achats en ligne a explosé.

En fait, les ventes d’Amazon ont augmenté au point que la société a annoncé qu’elle devait embaucher 100 000 nouveaux employés pour répondre à la demande. Les retombées de cette augmentation considérable des déchets d’emballage restent à voir.

Les Nations unies prévoient qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050. La pandémie de coronavirus accélérera sans aucun doute cette tendance, tout en contribuant à d’autres problèmes – obstruction des systèmes d’évacuation, déchets et libération de polluants lorsqu’ils sont brûlés.

Déchets commerciaux

Un responsable d’une grande entreprise de traitement des déchets a déclaré que 300 clients avaient déjà suspendu leur service cette semaine, rapporte Politico.

Ce chiffre est en hausse par rapport aux 25 suspensions de vendredi dernier, ce qui signifie moins de déchets commerciaux. L’exécutif s’attend à ce que ce nombre passe bientôt à 1 000. Reste à savoir si cette tendance équilibrera l’augmentation des déchets de consommation évoquée plus haut.

L’impact de la pandémie de coronavirus sur la faune sauvage

Coronavirus Impact on the Environment Wildlife

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, une idée a commencé à circuler en ligne selon laquelle la terre se régénère. Des observations supposées d’animaux sauvages en liberté dans des zones urbaines ont suscité des dizaines de milliers de commentaires et de partages.

Certains de ces rapports se sont révélés vrais et d’autres, repris par des journaux comme le Guardian et le Japan Times, étaient faux.

À Nara, au Japon, les cerfs sika errent dans les rues de la ville et les stations de métro parce que les touristes qui les nourrissaient normalement dans les parcs de la ville se sont évaporés.

Les réseaux sociaux indiens se sont déchaînés sur les images d’un cerf gambadant dans Dehradun, la capitale de l’État d’Uttarakhand, dans le nord du pays. Un puma est apparu dans le centre de la capitale chilienne, Santiago, qui est sous couvre-feu. Aucun de ces récits n’a été réfuté.

D’autres récits ont négligé le fait que ces animaux étaient déjà des visiteurs réguliers de ces zones.  Les sangliers descendent depuis longtemps les collines autour de Barcelone pour chercher de la nourriture et se mettre à dos les gens. Des bandes de dindons sauvages sont depuis longtemps un spectacle régulier à Oakland, en Californie.

L’histoire la plus célèbre est probablement celle du message viral sur les réseaux sociaux rapportant que les dauphins et les cygnes étaient revenus dans les canaux de Venise. Une fausse nouvelle, selon National Geographic. Les dauphins ont été filmés en dehors de Venise et les cygnes sont des visiteurs réguliers des canaux.

La popularité de ces histoires d’animaux montre qu’il faut trouver un sens à cette pandémie mondiale dévastatrice et qu’il y a un but derrière ces milliers de morts. Sans oublier que les émotions sont fortes et que les images d’animaux heureux peuvent être l’antidote parfait au stress.

L’impact de la pandémie de coronavirus sur l’énergie

coronavirus impact on the environment

Demande de large bande

Le 10 mars, l’Internet Exchange de Francfort a établi un nouveau record mondial de débit de données, ce qui a entraîné une augmentation de la consommation d’énergie.

Avec plus de 9,1 térabits par seconde, un nouveau mur du son a été franchi, grâce au nombre croissant de personnes qui diffusent des vidéos en continu et recherchent des informations sur le coronavirus.

L’Italie a connu une augmentation d’environ 70 % de la demande de large bande et la France une augmentation de 30 %, rapporte CNN. En Corée du Sud, l’activité de jeu en ligne a bondi de 30 % entre le 5 et le 12 mars, tandis que le streaming de contenu provenant de sites d’animation a doublé.

Save On Energy a découvert que l’énergie produite par les 64 millions de streams de la troisième saison de Stranger Things est comparable au fait de parcourir plus de 420 millions de miles et d’émettre plus de 189 millions de kg de CO2. C’est l’équivalent d’un aller-retour entre Marrakech et Le Cap effectué 28 391 fois.

Serveurs

coronavirus impact on the environment

Le transport est en fait le principal responsable des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis, et non l’électricité.

Tout le monde n’est pas d’accord pour dire que le streaming est si gourmand en énergie. Les experts affirment que le contenu du streaming est en grande partie hébergé localement et que sa récupération ne nécessite pas beaucoup d’énergie, rapporte Mashable. En revanche, les big data et les algorithmes, comme ceux utilisés pour afficher différents produits à des acheteurs en ligne différents, consomment beaucoup plus d’énergie de calcul via d’énormes centres de données.

Les centres de données consomment 1,5 % de l’énergie totale aux États-Unis, selon des données gouvernementales de 2007. Le passage au travail à distance, dans le sillage de la pandémie de coronavirus, réduit la dépendance à l’égard des serveurs d’entreprise, au profit des services en nuage, qui nécessitent leurs propres centres de données énergivores.

Pourtant, selon Nature, les centres de données ne contribuent qu’à 0,3 % des émissions mondiales de carbone et à 1 % de la demande énergétique mondiale. Dans l’ensemble, l’augmentation du streaming et du big data n’aura pas un impact aussi important que d’autres facteurs, comme l’augmentation rapide des déchets médicaux.

En résumé : l’impact de la pandémie de coronavirus sur l’environnement

La plupart des impacts environnementaux de la pandémie de coronavirus, tels que la diminution des émissions de carbone et l’augmentation des déchets médicaux, seront temporaires.

La véritable leçon réside dans certaines tendances préexistantes favorables au climat qui ont été accélérées. Les voyages d’affaires pourraient diminuer, les cadres réalisant que les vidéoconférences peuvent avoir le même effet. Le commerce international pourrait reculer, car les pays réalisent à quel point ils sont dépendants de la chaîne d’approvisionnement mondiale et décident de produire leurs propres biens, indique le Yale Environment 360.

coronavirus impact on the environment

Le président français Emmanuel Macron participe à une vidéoconférence avec d’autres dirigeants de l’Union européenne au palais de l’Élysée, à Paris, le 10 mars. AP PHOTO/MICHEL EULER

Et la demande de travail à distance existe depuis longtemps. Les entreprises réalisent peut-être enfin que les travailleurs peuvent toujours être productifs à domicile, tout en réduisant la taille des bureaux ou en s’en débarrassant complètement (et les dépenses qui y sont associées).

Il ne fait aucun doute que la perte de vies humaines causée par COVID-19 sera dévastatrice. Il n’y a pas lieu de se réjouir d’une tragédie aussi horrible. C’est peut-être une petite victoire contre une telle réalité que de tirer les leçons de ce qui s’est passé et de les appliquer pour lutter contre le changement climatique et ralentir le réchauffement de la planète à l’avenir.

Un scientifique parle des leçons tirées de la pandémie de coronavirus que nous pouvons appliquer à la lutte contre le changement climatique

Nous avons demandé à des spécialistes de l’environnement, à des rédacteurs scientifiques et à des ONG quels enseignements nous pouvions tirer de l’impact de la pandémie de coronavirus sur l’environnement afin de lutter contre le changement climatique et d’enrayer le réchauffement de la planète à l’avenir. Pouvons-nous tirer des enseignements de cette tragédie pour réduire les déchets, les émissions et notre empreinte carbone ? Voici leurs réponses.

Le manque à gagner que les gouvernements des États vont connaître en raison de la récession imminente les conduira nécessairement à trouver de nouvelles sources de revenus. C’est le moment d’essayer des sources de revenus créatives – taxes sur les carburants, redevances de congestion, taxes sur le carbone ou quotas d’émission – qui peuvent les aider à surmonter cette difficulté et à protéger l’environnement.

-Rob Moore, directeur, Scioto Analysis 

light dotted line

COVID-19 me donne de l’espoir en ce qui concerne le changement climatique, et voici pourquoi : alors que nous travaillons ensemble pour aplanir la courbe du coronavirus, nous tirons des leçons qui peuvent être appliquées à la crise du changement climatique. La communauté scientifique internationale s’est réunie rapidement et travaille en étroite collaboration sur une réponse au COVID-19. Cela prouve que la communauté mondiale est capable de travailler en collaboration pour résoudre un problème qui dépasse les frontières de chacun de nos pays respectifs. Le lien entre COVID-19 et le changement climatique est également régulièrement évoqué, et les conversations sur l’environnement proviennent d’endroits que l’on ne voit pas habituellement.

Katie Rothenberg, directrice générale, Paladino and Company. 

light dotted line

Il existe un certain nombre de similitudes entre la crise du COVID-19 et le changement climatique, notamment le fait qu’ils exigent une action rapide et agressive pour aplanir la courbe. Dans le cas du changement climatique, il s’agit de la courbe des émissions. Le refus de l’expertise scientifique a un coût important, et nous devons donc agir rapidement et de manière appropriée. L’ampleur de l’une ou l’autre de ces crises mondiales dépend de nos actions.

Jen Kretser, directrice des initiatives climatiques, The Wild Center. 

light dotted line

L’une des choses que nous pouvons apprendre des effets de la pandémie sur l’environnement est que nous POUVONS réellement avoir un impact s’il y a un effort mondial pour le faire.  Il est intéressant de voir comment, dans des villes où la pollution atmosphérique est extrême, de Los Angeles à New Delhi, les gens constatent que la qualité de l’air et de la vie serait différente si le nombre de voitures et les émissions des industries polluantes étaient réduits au minimum.  Bien que nous ne disposions pas encore de données, il est probable que la réduction de la pollution atmosphérique soit à l’origine de l’observation anecdotique d’une diminution du nombre d’épisodes d’asthme et de crises cardiaques dans les services d’urgence.  Une autre leçon à tirer est la productivité dont peuvent faire preuve de nombreux travailleurs à domicile lorsqu’ils disposent des outils adéquats. Je pense que de nombreuses entreprises verront l’intérêt de faire travailler de nombreux travailleurs à domicile, ce qui réduira les déplacements et l’espace de bureau nécessaire à la conduite des affaires.

Dr Luz Claudio, professeur de médecine environnementale et de santé publique, drluzclaudio.com. 

light dotted line

Si la plupart des pays constatent une réduction des émissions de carbone et d’autres polluants atmosphériques pendant la pandémie de Covid-19, cette tendance ne devrait pas être durable. Rien n’indique que les gens changeront définitivement leurs habitudes de voyage et de consommation à la suite de la pandémie et les émissions devraient revenir à leurs niveaux antérieurs. Il y a cependant un espoir : la demande d’outils de communication en ligne comme Zoom, Microsoft Teams et Skype a explosé et de nombreux employeurs ont été contraints de mettre en place des politiques de télétravail. Avec la technologie et les politiques des employeurs en place, nous ne pouvons qu’espérer que les employés seront autorisés et peut-être même encouragés à travailler à domicile plus souvent une fois la pandémie terminée. C’est peut-être l’une des façons dont nous verrons une réduction des émissions de carbone à la suite de Covid-19.

-Seth Newton, docteur en sciences environnementales appliquées, OutMoreUSA.com 

light dotted line

Si nous sommes capables de “réinitialiser” notre façon de penser après le coronavirus, nous pouvons être motivés pour être plus respectueux de l’environnement dans notre vie quotidienne. Les emplois qui peuvent être effectués à distance devraient le rester, par exemple, afin de minimiser l’utilisation des voitures et des transports publics. Les gens auront appris à être plus ingénieux et moins gaspilleurs pendant cette période, en faisant des achats plus durables par nécessité. Je pense que nous pouvons essayer de voir le côté positif de la situation après l’apparition du coronavirus et conserver nos nouvelles habitudes “zéro déchet” à l’avenir. Je pense qu’il est possible de guérir la planète plus rapidement que prévu après ce que nous avons vu avec le coronavirus. Il n’est pas nécessaire que le monde entier s’arrête pour que des changements environnementaux positifs se produisent, mais de petits ajustements du mode de vie des gens du monde entier peuvent contribuer à aider l’environnement.

Casper Ohm, chercheur scientifique principal, Institut de la pollution de l’eau. 

light dotted line

Les chefs d’entreprise sur les initiatives de durabilité prévues après la crise

Nous avons demandé aux chefs d’entreprise comment ils comptent réduire l’impact négatif de leur entreprise sur l’environnement une fois que la pandémie de COVID-19 se sera calmée.

La façon dont nous travaillons a radicalement changé au cours du dernier mois, ce qui a permis de réduire les émissions. Prévoient-ils d’autoriser leurs employés à travailler davantage à domicile, de limiter les voyages en avion, d’acheter auprès de fournisseurs locaux, de réduire les déchets de bureau, etc.

Voici leurs réponses.

En tant qu’entreprise pouvant travailler à distance, nous avons toujours hésité à emprunter cette voie, de peur de perdre une partie de l’énergie créative qui est à l’origine de nos meilleurs produits et services. Lorsque la pandémie de Covid-19 s’est déclarée, nous avons immédiatement adopté une stratégie de travail à domicile, qui s’est avérée fructueuse jusqu’à présent. Un tel succès, en fait, que la direction a discuté de la possibilité d’une politique permettant deux jours de travail à domicile par semaine. Si nous voulions être plus radicaux, cependant, l’idée a été lancée de laisser notre personnel à distance et de se débarrasser du bureau à domicile, ce qui permettrait à l’entreprise d’économiser de l’argent sur le loyer et les services publics et réduirait certainement notre impact environnemental négatif.

-Nelson Sherwin, directeur, PEO Compare 

light dotted line

Mes clients sont des détaillants de vêtements et l’une des initiatives sur lesquelles je travaille actuellement consiste à utiliser la technologie pour réduire le nombre d’échantillons et de séances de photos dont nous avons besoin, ce qui permet d’économiser des ressources et d’éviter de nombreux déplacements. J’ai investi dans un logiciel de modélisation 3D et dans une formation, afin d’aider mes clients à réduire la quantité de déchets qu’ils produisent au cours du processus de développement.

Vicki Wallis, directrice générale, The Fashion Business Coach. 

light dotted line

Mon grand espoir est que la rapidité avec laquelle la crise actuelle s’est développée, et la nécessité pour chaque personne et chaque entreprise de modifier son comportement pour l’éviter, serve de leçon en matière de responsabilité collective et de notre capacité à apporter des changements positifs pour notre avenir. Nous essayons déjà de réduire notre impact en conduisant des voitures électriques, en utilisant des énergies renouvelables, en utilisant des produits en papier durables, etc. mais nous savons que nous pouvons faire plus nous-mêmes et encourager nos clients à faire plus eux-mêmes. Mon grand espoir est que les autres acteurs du secteur du voyage, tels que les compagnies aériennes, s’orientent vers des moyens de transport plus propres, permettant aux clients de profiter de nos locations de villas à la Barbade sans nuire à l’environnement sur leur chemin.

-George Hammerton, directeur, Hammerton Barbados 

light dotted line

J’ai récemment vu circuler sur les réseaux sociaux une image de New Delhi avant et après le lockdown. La pollution a tellement diminué que, pour la première fois depuis longtemps, on peut voir la vraie couleur du ciel au lieu du simple smog. Cela m’a fait réfléchir à ce que je pouvais faire pour réduire la pression sur l’environnement, d’autant plus que New York est aussi peuplée que New Delhi. Premièrement, bien que ma société ait toujours eu une politique de travail à domicile pour encourager l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, une fois la crise passée, je chercherai à augmenter le nombre de travailleurs à distance. Cela réduira le nombre de personnes qui doivent se rendre au travail. Les dernières semaines ont montré clairement que le travail à domicile ne réduit pas la productivité. Mes employés sont toujours très productifs, ce qui signifie qu’il n’y aura pas d’effet négatif sur l’entreprise. Deuxièmement, je vais envisager de proposer davantage d’options pour assister à des conférences et à des événements. Il s’agit de déterminer si mes employés peuvent assister aux conférences et aux événements de manière virtuelle au lieu de voyager. Ce ne sont pas des mesures massives, mais ce sont des mesures concrètes que je peux prendre pour contribuer à atténuer la pression sur l’environnement.

-Reuben Yonatan, fondateur et PDG de GetVoIP 

light dotted line

Nous avons constamment fait évoluer notre configuration à distance au cours des quatre dernières semaines grâce à un processus de feedback que nous avons mis en place, et nous avons maintenant informé notre équipe que nous allons probablement passer à une configuration à distance complète, au lieu de retourner dans notre espace WeWork. Les avantages sont clairs. Cela réduit le temps et la pollution liés aux déplacements, nous économisons de l’argent, et nos employés sont beaucoup plus productifs. Nous prévoyons également de réduire les voyages en avion, car les réunions à distance avec nos partenaires sont un succès. Pour remplacer les repas préparés par des traiteurs, nous accordons également à nos employés un budget d’épicerie. Nos employés nous disent que cuisiner à la maison permet de réduire les déchets et, bien sûr, de réduire l’empreinte écologique de l’apport de nourriture au bureau. Globalement, nous pensons que ce sera une grande victoire !

-Neal Taparia, Fondateur, Solitaired 

light dotted line

Beaucoup de nos employés travaillent déjà à domicile, mais nous espérons augmenter ce nombre et avoir plus de personnes à temps plein travaillant depuis leur propre bureau. L’une des choses que nous aimerions également faire est d’offrir des remises importantes sur nos services aux entreprises locales, car beaucoup de nos clients travaillent dans des créneaux populaires comme l’investissement, mais ils ne sont pas locaux. Nous voulons contribuer à stimuler l’économie locale de toutes les manières possibles.

Jack Choros, CMO, IronMonk Solutions 

light dotted line

J’avais toujours envisagé d’autoriser les postes à distance dans mon entreprise, et puisque mes employés ont si bien abordé ce changement, je pense que c’est une décision que je suis maintenant prête à mettre en œuvre. En tant qu’entreprise qui soutient la responsabilité sociale en matière d’environnement, le fait de permettre à mes employés de travailler à domicile peut être très bénéfique pour l’environnement et soutient tout ce que nous défendons. En conséquence, moins de déchets seront produits, moins de pollution sera émise et moins d’énergie sera utilisée.

Ryan Anderson, fondateur de Bead the Change. 

light dotted line

Cette pandémie m’a ouvert les yeux sur la possibilité d’acheter nos fournitures auprès de sources locales, afin de soutenir l’économie locale ainsi que l’environnement. Il est évident que cette pandémie a affecté les entreprises locales, et si je peux les soutenir tout en faisant ma part pour réduire mon impact personnel sur la planète, tant mieux !

Darryl Smith, partenaire fondateur de l’équipe d’avocats spécialisés dans les accidents de voiture en Floride. 

light dotted line

Nos produits sont actuellement recyclables, mais nous envisageons d’aller plus loin et d’imprimer les étiquettes directement sur la bouteille avec de l’encre biodégradable afin que le produit fini soit plus respectueux de l’environnement. Actuellement, nous utilisons une étiquette standard avec un adhésif. Ce changement sera non seulement meilleur pour l’environnement, mais aussi une meilleure décision de conception esthétique, c’est donc un gagnant-gagnant.

-Calloway Cook, Présidente, Illuminate Labs 

light dotted line

La lutte contre le virus présente de nombreux parallèles avec la lutte contre la catastrophe climatique. Les entreprises peuvent d’ores et déjà commencer à se préparer à ce combat, en utilisant la dynamique déjà établie dans la lutte contre le virus. Le travail à distance permet souvent d’éviter de nombreuses heures de réunions inutiles, de mieux cibler les réunions à distance et d’augmenter la productivité des personnes travaillant à domicile. Cela va bien au-delà du simple fait de permettre aux travailleurs de continuer à travailler à domicile. Les entreprises qui cherchent de manière proactive à faire des bénéfices ET à faire la différence devraient dès à présent procéder à une planification stratégique pour savoir comment non seulement ÊTRE des leaders environnementaux, mais aussi être VUS comme tels, ce qui leur permettra de fidéliser leurs clients, d’acquérir de la bonne volonté, de bénéficier d’une couverture médiatique et de générer des revenus/profits.

-Shel Horowitz, expert en rentabilité des entreprises vertes/transformatrices, goingbeyondsustainability.com 

light dotted line

Infographie sur l’impact de la pandémie de coronavirus sur l’environnement : sources

Émissions de carbone

Déchets

Faune sauvage

Énergie

Vous pourriez également apprécier :


Infographics_Masterclass

Apprenez à partager vos propres idées sur l’environnement et la pandémie en participant à cet atelier d’infographie.