Mauvaises infographies : les pires infographies de 2020 (+ leçons pour 2021)

By Lydia Hooper, Feb 22, 2022

bad infographics

La création et l’utilisation d’infographies, c’est-à-dire de visuels permettant de communiquer des informations complexes, ne datent pas d’hier. Cette histoire comprend du bon et du mauvais, mais lorsqu’il s’agit du mauvais, c’est 2020 qui l’emporte. 

Comme nous le savons, l’année 2020 a été parsemée de toutes sortes de défis en matière de communication, notamment la pandémie de COVID-19, l’élection présidentielle américaine très disputée, la première destitution du président Trump et la multiplication des appels à la justice raciale dans le monde entier.

L’année dernière, les infographies ont pris une place de plus en plus importante dans la vie publique, avec des tableaux retraçant les cas de COVID-19 et les décès, des graphiques montrant les chiffres du chômage et des cartes annonçant les résultats des élections. Certains de ces visuels ont aidé les gens à mieux s’orienter dans divers aspects de leur vie quotidienne, et malheureusement, certains ont accru la confusion, les conflits et la méfiance. Les personnes qui, comme moi, travaillent dans le domaine de la conception de l’information ont été tantôt émerveillées, tantôt consternées.

badinfographicscollage

Voici notre tour d’horizon des pires infographies de 2020. Parce que nous voulons que 2021 soit bien meilleure, et parce que Venngage est l’outil d’infographie simple et puissant pour vous aider à y parvenir, nous avons également présenté quelques conseils pour éviter les mauvaises infographies cette année et dans les années à venir.

  1. Respectez votre public
  2. Cela signifie qu’il ne faut pas les induire en erreur en créant de mauvaises infographies.
  3. La qualité des données est un élément non négociable
  4. Fournissez beaucoup de contexte dans votre infographie
  5. Demandez-vous si vous utilisez le meilleur visuel.
  6. Faites toujours attention aux axes
  7. Veuillez minimiser le désordre dans votre infographie
  8. Utilisez des titres et des étiquettes pour clarifier
  9. Utilisez la couleur intentionnellement
  10. Reconnaissez et corrigez vos erreurs si vous créez une mauvaise infographie.

NOUVEAU ! Lancement : le guide officiel de la conception d’infographies

Tout le monde peut créer des infographies professionnelles grâce à ce guide complet et accessible. Il regorge d’idées, de bonnes pratiques, d’exemples, de listes de contrôle et bien plus encore : tout ce dont vous avez besoin pour créer des infographies qui se démarquent des autres.

Apprenez à concevoir des infographies professionnelles qui vous aideront à atteindre vos objectifs de communication et d’affaires. Découvrez le livre ici :

email infographic

Leçon n° 1 : respecter votre public

Pour rester dans le thème de 2020, une chaîne d’information nationale (Fox News) a présenté des excuses à l’antenne pour une infographie qu’elle avait bâclée. (Nous parlerons des excuses plus tard, mais pour l’instant, sachez que c’est toujours une bonne idée).

Le graphique pour lequel ils se sont excusés faisait partie d’un reportage sur la relation entre la performance des marchés boursiers et les protestations dans la société. Il était au mieux insensible et au pire minimisait les tragédies qui reçoivent une attention internationale.

bad infographics

La chaîne a compris qu’elle avait la responsabilité, vis-à-vis de son public, de fournir des informations de manière respectueuse. Toutes les leçons à venir découlent de cette idée : Les personnes qui regardent votre graphique veulent être sûres que vous partagez avec elles des informations dignes de leur attention de plus en plus rare.

Parfois, les personnes qui créent des infographies, comme les statisticiens ou les experts des administrations publiques, font des suppositions sur les personnes qui consommeront finalement ces infographies, par exemple sur leur niveau actuel de connaissances. 

D’autres fois, les gens créent des infographies en ayant eux-mêmes peu de connaissances en matière de données ou de statistiques, ou de conception graphique ou d’information, afin de partager des visuels attrayants sur les réseaux sociaux. Ou encore, ils savent comment créer des graphiques, mais ne les utilisent que pour renforcer l’histoire qu’ils veulent raconter, sans tenir compte des besoins de leur public.

Dans tous les cas, qu’ils en soient conscients ou non, ils utilisent des infographies pour communiquer avec un public. Garder ce public à l’esprit est essentiel pour communiquer toutes les informations disponibles d’une manière qui améliore la compréhension complète du sujet par ce public.

Leçon n° 2 : Ne les induisez pas en erreur en créant de mauvaises infographies.

C’est vraiment le pire du pire. Ces graphiques ne sont pas seulement remplis d’erreurs, ils sont grossièrement déformés, probablement pour servir des agendas spécifiques.

bad infographics

bad infographics

Vous pouvez utiliser des données pour raconter une histoire, mais vous devez tout de même représenter ces données d’une manière honnête. C’est tout ce qu’il y a à dire à ce sujet.

Voir aussi : 5 façons dont les écrivains utilisent des graphiques trompeurs pour vous manipuler 

Leçon n°3 : La qualité des données est un élément non négociable

Il existe de nombreux mythes sur les infographies, mais le plus dangereux est sans doute celui qui dit que “les chiffres ne mentent pas”. Le problème est que les chiffres ne sont jamais seuls. 

Tout d’abord, elles doivent venir de quelque part, et cela signifie que des personnes sont impliquées. Avant de pouvoir être présentées, les données doivent être collectées, organisées et analysées. Beaucoup de choses peuvent se produire, qu’elles soient intentionnelles ou non, il est donc important de s’assurer que les données utilisées dans les infographies répondent à certaines normes.

Voici un excellent exemple d’infographie trompeuse basée sur une collecte de données défectueuse. Apple voulait montrer comment les données sur l’utilisation de son application Maps par les gens changeaient pendant la quarantaine. La présentation de ces données implique que les gens se promènent moins, mais ce qui a été négligé est le fait que les gens n’ont pas besoin de Maps pour se promener dans leur quartier.

bad infographics

Des données de qualité proviennent non seulement d’une source réputée, mais aussi de la bonne source. Ce graphique présente des données fédérales, mais les chiffres choisis ne sont pas “des reflets exacts du problème de la traite des êtres humains ou, dans de nombreux cas, de l’identification de la traite des êtres humains”, a déclaré Amy Farrell, directrice de l’école de criminologie et de justice pénale de l’université Northeastern, à FactCheck.org.

bad infographics

Il va également sans dire que si vous utilisez un certain ensemble de données, vous ne devriez pas dire que vous utilisez un ensemble de données complètement différent. Cette carte a provoqué une panique inutile parce qu’elle était basée sur des données de vol et non sur des données de santé, selon la BBC.

bad infographics

Les données doivent également être à jour, en particulier si elles sont essentielles à l’histoire racontée. Les deux infographies suivantes, signalées par Reuters, n’incluaient pas de données actuelles et présentaient donc de manière inexacte l’impact de COVID-19.

bad infographics

bad infographics

L’effort pour maintenir les données à jour a provoqué l’alarme dans le cas suivant noté par PolitiFact. Lorsque les comtés du Wisconsin et du Michigan ont publié un lot de résultats électoraux, il est apparu une hausse soudaine des votes démocrates en faveur de Joe Biden, ce qui a amené certains à penser qu’il y avait des preuves de fraude électorale. (La leçon qui suit celle-ci décrit ce qui aurait pu faire la différence ici).

bad infographics

Si vous n’êtes pas particulièrement doué pour les données, ce n’est pas grave, mais ne prétendez pas l’être. L’infographie ci-dessous (également signalée par PolitiFact) a été créée sur la base de calculs qui étaient incorrects car les chiffres étaient basés sur des repères différents. 

bad infographics

Regina L. Nuzzo, Ph.D., de l’American Statistical Association, a déclaré à Reuters que ces chiffres tentent de simplifier à l’excès une réalité bien plus complexe.

Leçon n° 4 : Fournir beaucoup de contexte dans votre infographie

La réalité est que les chiffres doivent être expliqués, ce qui implique de les placer dans un contexte approprié. Dans certains des exemples ci-dessus, un texte d’accompagnement et/ou des éléments visuels auraient pu permettre au public de mieux comprendre comment interpréter les données. Voici d’autres exemples d’occasions manquées de le faire.

Ce graphique présente l’argument selon lequel les masques contribuent à “aplatir la courbe” (ou à réduire le taux de croissance des cas de COVID-19) en soulignant que les pays qui utilisent des masques ont des taux de croissance inférieurs à ceux des pays qui n’en utilisent pas. 

bad infographics

Que l’on soit d’accord ou non avec l’argument, ce graphique confond corrélation et causalité, comme le souligne la réponse humoristique suivante.

bad infographics

Elle néglige d’autres facteurs potentiels des taux de croissance, comme des infrastructures publiques de qualité et la pratique de la préparation à une pandémie de coronavirus, la première ayant eu lieu au début des années 2000. 

De nombreux graphiques sur le COVID-19, comme celui ci-dessous, montrent le nombre de cas, et le contexte nécessaire pour ceux-ci est que les cas confirmés, comme le note The Atlantic, fournissent un moyen très limité de connaître l’ampleur de la propagation du virus, ne serait-ce que parce que le dépistage n’est pas effectué par chaque personne. Ce tableau des cas confirmés de COVID-19 dans les États américains donne la fausse impression que la grande majorité des cas se trouvent dans une poignée d’États. 

bad infographics

Par ailleurs, un nuage de points utilisant les mêmes données (comme celui créé par Popular Science) mais montrant la relation entre les cas confirmés et les taux de dépistage montrerait clairement que les endroits où les taux d’infection sont les plus élevés ont également les taux de dépistage les plus élevés. Si vous ne le savez pas, voici à quoi ressemble un nuage de points. Restez à l’écoute pour en savoir plus sur les types de graphiques.

bad infographics

 

Le contexte compte vraiment, surtout lorsque vous communiquez sur la santé. Le département de la santé de l’Arkansas a utilisé ces graphiques en arc de cercle pour montrer le taux de conditions de santé préexistantes chez les patients dont la présence du COVID-19 a été confirmée. Comme les pourcentages sont faibles et que l’échelle va jusqu’à 100 % (je parlerai plus longuement des visuels dans un instant), cela donne la fausse impression qu’il ne faut pas s’inquiéter – en réalité, même si les chiffres sont faibles, ces personnes présentent des cas graves qui peuvent entraîner la mort. 

bad infographics

La croissance de l’emploi est également plus compliquée qu’il n’y paraît. Les chiffres du chômage utilisés dans cette vidéo laissent entendre que ces chiffres sont statiques, mais ils ne montrent pas ce qui compte vraiment, selon Reuters, à savoir l’évolution des taux au cours des présidences d’Obama et de Trump.

bad infographics

Souvent, fournir un contexte signifie simplement montrer plus de données sur une plus longue période de temps afin qu’elles puissent être placées dans une perspective plus large. Par exemple, l’infographie suivante plaide en faveur d’une reprise économique, mais elle ne montre que les données de janvier à juin 2020.

bad infographics

Les graphiques qui replacent les changements récents dans l’économie dans leur contexte, comme celui créé par Marketplace de la radio publique du Minnesota avec des données de 2015 à 2020, racontent une histoire plus complète. 

Leçon n° 5 : Demandez-vous si vous utilisez le meilleur visuel.

Lorsqu’il s’agit de créer des infographies, il existe de nombreuses options pour présenter des données et des informations, des diagrammes et des graphiques aux cartes et aux tableaux, en passant par les icônes et les illustrations. Il est essentiel d’utiliser celle qui convient le mieux aux données et au sujet pour créer des graphiques qui ont le plus de sens.

Par exemple, les diagrammes circulaires sont parfaits si vous avez deux ou trois catégories dont le total est de 100 %, mais ils sont utilisés dans de nombreuses autres situations où ils ne sont pas particulièrement utiles. Parmi les professionnels de la visualisation de données, le diagramme circulaire est le vilain petit canard. Un coup d’œil à ces erreurs majeures explique pourquoi.

bad infographics

bad infographics

Étant donné que les gens ont du mal à utiliser la taille d’une zone colorée pour distinguer les différences entre les chiffres, il faut être prudent avec d’autres types de visuels. Ce graphique à bulles a été publié par la Commission européenne, qui a ensuite été accusée de surestimer la dépendance du Royaume-Uni vis-à-vis du commerce avec l’Europe, perturbant ainsi les négociations commerciales, selon inews.co.uk.

bad infographics

Soyez prudent si vous utilisez des cartes pour expliquer, car les pays ou les États ayant une plus grande superficie géographique seront naturellement mis en valeur, comme le montre l’exemple ci-dessous.

bad infographics

Les alternatives comprennent les cartogrammes et les cartes à base de points (comme le montre ici Popular Science), ou les cartes choroplèthes à surface égale comme celle-ci : 

infographics

 

Je sais que les gens aiment être créatifs, mais ne vont pas trop loin en dehors des conventions (nous y reviendrons).

Relié : Symboles et significations communs : Comment les utiliser dans le design 

L’infographie suivante remplace les barres par des icônes, ce qui non seulement rend la lecture plus difficile, mais risque aussi de marginaliser certaines femmes (aucune femme ne veut se sentir écrasée par les autres) – n’oubliez jamais votre public.

bad infographics

Comme indiqué précédemment, certains types de graphiques sont plus adaptés à certains types de données. Vous vous souvenez de l’exemple où un nuage de points aurait offert plus de contexte que le diagramme à barres horizontales ? 

Voir aussi : Comment choisir les meilleurs graphiques pour vos données 

Voici un autre exemple, tiré de The Conversation, d’un diagramme à barres qui aurait dû être un graphique linéaire, ce qui est idéal lorsque vous montrez un changement dans le temps. Comme nous l’avons déjà mentionné, il fournit plus de contexte, au lieu de devoir traiter les laps de temps sur les axes horizontaux ici (nous y reviendrons).

bad infographics

N’ayez pas peur d’utiliser des visualisations de données, veillez simplement à ce qu’elles soient significatives. Si vous êtes tenté de vous contenter de mettre de gros chiffres en gros caractères gras, pensez à quelque chose de plus utile, par exemple une visualisation qui montre les tendances dans le temps. Voici un autre exemple d’une occasion manquée par le département de la santé de l’Alabama.

bad infographics

Enfin, il va sans dire qu’avoir le bon logo devrait être une évidence. Le créateur de ce graphique a fait preuve d’une telle audace qu’il a inclus le logo du Texas Department of State Health Services sans son autorisation, selon la station locale de CBS, et sur un tableau comprenant des données trompeuses, rien de moins.

bad infographics

Leçon n° 6 : Toujours faire attention aux axes

Certaines des leçons précédentes ont été basées sur des directives générales, mais il existe également des règles de base qui doivent être suivies sans discussion. 

Tout d’abord, un axe horizontal ou X sera toujours lu de gauche à droite. Les chiffres ou les années doivent donc être séquentiels et ordonnés de bas en haut. Dans cette mauvaise infographie, l’âge augmente verticalement mais diminue horizontalement, ce qui la rend plus difficile à lire. L’axe horizontal n’est pas non plus étiqueté, ce qui ajoute à la confusion (nous y reviendrons plus tard).

bad infographics

Les axes doivent aussi généralement commencer à zéro, et l’espacement entre les chiffres doit sans aucun doute être basé sur la taille de ces chiffres. L’axe vertical dans l’infographie ci-dessous est incroyablement trompeur – on dirait que la courbe s’aplatit alors que ce n’est pas du tout le cas. 

bad infographics

Voici un autre exemple d’axes déformés, et dans ce cas, l’erreur est triplée. L’axe horizontal n’est pas du tout étiqueté, et en ayant deux axes verticaux, l’un à gauche et l’autre à droite, cette infographie tente de forcer une narration plutôt que de permettre au lecteur de voir clairement les données.

bad infographics

Et pour couronner le tout, les lignes sont difficiles à lire car elles sont en 3D et ont des ombres, ce qui nous amène à la leçon suivante.

Leçon n° 7 : minimisez le désordre dans votre infographie.

Les infographies sont idéales pour communiquer des informations complexes, mais cela ne signifie pas qu’elles doivent être elles-mêmes trop complexes. Lorsque le matériel est complexe, il est sage de ne pas le simplifier à l’extrême, mais il est essentiel de le clarifier au moins. 

C’est là qu’intervient un bon design. Il est tout à fait normal qu’il faille un peu de pratique pour réussir à créer des visuels à la fois complexes et clairs. Si vous n’y êtes pas encore parvenu, ne publiez pas de graphiques ridiculement confus comme ceux-ci. 

bad infographics

bad infographics

bad infographics

Regarder de tels dessins ne vous fait pas seulement mal aux yeux et au cerveau, mais peut aussi vous amener, comme ces auteurs de Wall Street on Parade, à penser que le créateur de l’infographie pourrait être intentionnellement confus ou dissimulateur. Respectez votre public et il sera plus enclin à vous respecter en retour.

Voir aussi : 7 conseils pour réaliser une bonne infographie 

Leçon n° 8 : utiliser des titres et des étiquettes pour clarifier les choses

Même si c’est la huitième leçon, cette leçon est cruciale. Voici d’autres bonnes règles à suivre.

Veillez à ce que les titres soient succincts et essayez d’utiliser des mots faciles à comprendre pour votre public. Si vous pouvez annoncer la conclusion du graphique dans le titre, cela aide vraiment le public. Voici l’un des innombrables exemples d’occasions manquées de le faire.

bad infographics

Il est également merveilleux d’inclure des chiffres exacts à côté des points ou des barres dans le graphique. Si vous le faites, assurez-vous que les gens savent ce que vous comptez. Sinon, vous risquez de vous tromper comme dans l’exemple ci-dessous.

bad infographics

Je vais le répéter : veuillez étiqueter tous les axes. Ne pas le faire ne peut même pas compenser un titre aussi exemplairement clair que celui de l’infographie suivante.

bad infographics

L’infographie ci-dessus est également difficile à lire en raison du fond bleu-vert foncé et de la ligne vert clair. Parlons davantage de la couleur.

Leçon n° 9 : utiliser la couleur intentionnellement

Il y a plusieurs choses troublantes dans l’infographie ci-dessous, et maintenant que nous avons appris tant de leçons, j’espère que vous pourrez les trouver. La couleur est un problème supplémentaire car elle n’ajoute aucune signification évidente, mais le lecteur pourrait s’y attendre ou le vouloir. C’est une bonne idée de colorer différemment la barre la plus grande, mais dans ce cas, cette différence de couleur (ainsi que les différences de couleur entre la série de barres supérieure et la série de barres inférieure) est trop légère, si bien qu’au premier coup d’œil, on dirait une échelle de couleurs.

bad infographics

Parfois, une mauvaise utilisation de la couleur ajoute un encombrement inutile, ce que nous avons vu dans certains des exemples d’encombrement mentionnés précédemment. 

Voir aussi : Comment choisir des couleurs pour communiquer efficacement 

C’est pourquoi les dégradés de couleurs, en particulier, doivent être utilisés avec beaucoup de précautions. Dans l’exemple suivant, les barres colorées en dégradé pourraient distraire le lecteur de ce qu’il pourrait apprendre s’il se concentrait plutôt sur les données, qui ne sont pas non plus clairement étiquetées.

bad infographics

Je sais que beaucoup de gens pensent que la couleur est ce qui rend les infographies amusantes, et c’est vrai, mais elle ne doit pas être utilisée à la légère. Dans cet exemple du Département des services de santé de l’Arizona, le dégradé de couleurs donne l’impression que les cas de COVID-19 dans le comté de Navajo (deuxième graphique) sont comparables au reste de l’État (premier graphique). Et, encore une fois, l’absence d’axe vertical est tout simplement inexcusable.

bad infographics

bad infographics

La réalité est que près de la moitié de la population du comté de Navajo est amérindienne et que la nation Navajo a connu certains des taux d’infection les plus élevés de tous les États-Unis, de sorte que l’utilisation de données de qualité et la fourniture d’un contexte adéquat jouent un rôle ici aussi. Commencez-vous à voir comment toutes ces pièces s’assemblent ?

Leçon n° 10 : assumez et corrigez vos erreurs si vous créez une mauvaise infographie.

Nous savons que l’apprentissage de ces leçons peut prendre du temps et que des erreurs peuvent se produire. Lorsque cela arrive, il est préférable d’en assumer la responsabilité, comme dans le tout premier exemple mentionné dans cet article. Il est également important d’apporter les modifications nécessaires pour favoriser la clarté et la compréhension. C’est ce qui contribuera à restaurer la confiance de votre public.

C’est pourquoi de toutes les mauvaises infographies de 2020, la suivante est la pire absolue. Non seulement elle illustre un grand nombre des erreurs déjà évoquées, mais elle était également censée être une infographie “corrigée” après plusieurs plaintes concernant les graphiques trompeurs précédents, selon le journal indien Business Today.

bad infographics

Comment savoir si vous avez commis une erreur, qu’il s’agisse de celles que nous avons énumérées ici ou d’autres ? La bonne nouvelle est que vous n’avez pas à attendre que la presse ou Twitter en parle. Vous pouvez demander l’avis de vos collègues, de vos associés, voire de vos amis, de tous ceux qui peuvent vous aider à obtenir un point de vue différent avant de le diffuser plus largement ou publiquement.

Ces exemples de 2020 montrent que de mauvaises infographies peuvent être créées par n’importe qui – concepteurs professionnels, journalistes, spécialistes du marketing, politiciens, experts en santé publique, économistes, jeunes et moins jeunes. 

Peu importe que vous soyez doué avec des logiciels coûteux ou que vous utilisiez un stylo et du papier. Chez Venngage, nous voulons que tout le monde puisse créer facilement des designs intelligents. C’est pourquoi nous avons des modèles d’infographie faciles à personnaliser comme celui-ci :

infographics

 

En résumé, il importe peu que vous soyez un designer professionnel, mais ce qui compte, c’est que vous n’induisiez pas votre public en erreur et que vous soyez attentif tout au long du processus, de la sélection des données au choix du visuel, en passant par l’ajout de couleurs et d’étiquettes. 

Avec tous les désastres de communication qui se sont produits l’année dernière, nous savons tous maintenant combien il est important de pouvoir dire “leçons apprises” !

Vous pouvez en savoir plus dans ce webinaire sur la façon de résumer des informations et de les présenter visuellement.